Les Gilets jaunes veulent avoir des représentants au Parlement Européen

Le mouvement de protestation Gilets Jaunes en France a nommé 10 candidats pour les élections du Parlement européen de mai, mais affirme vouloir élargir sa liste à 79 candidats.

Le mouvement populaire – “Gilets Jaunes”- est né des protestations contre la taxe sur les carburants en novembre.

A lire en complément : Comment planifier votre budget pour les Fêtes ?

Ingrid Levavasseur, 31 ans, est une éducatrice qui élève seule deux enfants en Normandie. Elle accuse le gouvernement d’arrogance.

Au cours des manifestations, Paris a connu ses plus graves affrontements de rue depuis 1968.

A voir aussi : Comment l'IA transforme les soins de santé

Choc lors d’une blessure au “flash-ball”

Le mouvement englobe un large éventail de personnes, dont certaines rejettent toute association avec l’organisation politique actuelle en France et dans l’UE. En général, ils voient le président Emmanuel Macron comme un symbole de l’élitisme français traditionnel, loin des difficultés des gens ordinaires qui luttent pour faire face aux factures de services publics, aux taxes sur les carburants, aux bas salaires et au chômage.

En décembre, M. Macron a mis fin à la hausse prévue de la taxe sur les carburants, les manifestations continuant de frapper la France.

Qui est sur la liste des candidats ?

Ils sont âgés de 29 à 53 ans et ont des antécédents variés, notamment un directeur de petite entreprise, un avocat, un autre travailleur social et une mère à temps plein. Six sont des femmes et quatre sont des hommes.

Ils se nomment eux-mêmes le “Rassemblement dirigé par les citoyens”, ou RIC, et la campagne sera menée par un autre activiste de premier plan, Hayc Shahinyan. Mais jusqu’à présent, le mouvement a évité de choisir un chef de file.

Ils ont actuellement l’intention de porter la liste de candidats à 79. Ces candidats seront sélectionnés par un vote de militants en gilet jaune. Ils se disputeront les 79 sièges attribués à la France au Parlement européen, bien que ce chiffre puisse encore changer en raison de l’incertitude du calendrier Brexit au Royaume-Uni.

Selon le quotidien français Le Figaro, le RIC doit lever au moins 700 000 euros pour présenter ses candidats.

M. Shahinyan a déclaré qu’à ce jour, le RIC dispose d’environ 10% de ce chiffre, et qu’il lancera donc un appel aux dons et tentera le financement participatif.

Dans une indication de sa plate-forme, le RIC a déclaré qu’il rejetait “les décisions des institutions européennes et des diktats des classes financière et technocrate, qui ont oublié ce qui compte vraiment : l’humanité, la solidarité et la planète”.

Le président Macron s’est engagé à être “le porte-parole des citoyens, qui seront consultés tout au long de son mandat”.

Comment le président Macron a-t-il réagi à la manifestation?

Outre la suppression de la hausse de la taxe sur les carburants, M. Macron a promis de verser 100 € supplémentaires par mois pour les salariés au salaire minimum et de réduire les impôts des retraités.

Selon le gouvernement, le montant destiné à désamorcer la crise est estimé à environ 10 milliards d’euros.

M. Macron a également lancé un “Grand Débat” national, impliquant des assemblées publiques dans tout le pays pour répondre aux préoccupations des manifestants.

Jeudi, la mairie de Paris a organisé un débat de 12 heures, tandis que M. Macron a rencontré le leader conservateur de l’opposition Laurent Wauquiez et les maires locaux de Valence, dans le sud-est de la France.

Que peut-on attendre des élections européennes?

Les nationalistes et les populistes ont fait d’énormes progrès dans toute l’UE ces dernières années. Ils sont donc susceptibles de renforcer leur représentation au Parlement européen.

L’Italie a un gouvernement de coalition populiste de cinq étoiles/ligue, en Allemagne l’Alternative d’extrême droite pour l’Allemagne (AfD) est le principal parti d’opposition et les nationalistes sont au pouvoir en Hongrie et en Pologne.

Le système électoral à la représentation proportionnelle de l’UE peut être avantageux pour les petits partis. C’est le cas notamment du Parti de l’indépendance Eurosceptique du Royaume-Uni (UKIP), qui compte sept députés européens à Strasbourg, mais aucun à Westminster.

Selon un sondage d’opinion Elabe publié mercredi, la République en Marche de M. Macron est en passe de remporter les élections du 26 mai en France, suivi du Rassemblement national (RN) d’extrême droite de Marine Le Pen et des Gilets Jaunes, avec 13%.

En raison du Brexit, le Parlement européen réduit son nombre total de députés de 751 à 705. Sans le Royaume-Uni, il y a 73 sièges de moins, mais 27 sont en train d’être réattribués à d’autres pays. Le total de la France passe de 74 à 79.

Les plans pourraient toutefois changer, car on ne sait toujours pas si le Royaume-Uni quittera l’UE comme prévu le 29 mars.

Les vice-premiers ministres populistes italiens, Matteo Salvini et Luigi Di Maio, ont vivement critiqué M. Macron et exprimé leur soutien aux Gilets Jaunes.

La ministre française chargée de l’Europe, Nathalie Loiseau, a répliqué mercredi en déclarant “nous ne participerons pas à un concours de stupidité”. Elle a prévenu que, pour le moment, la France n’enverrait pas de ministres en visite en Italie.