Guide de la fiscalité en France_chezjoelle.net

Devez-vous payer des impôts en France ? Ce guide de l’impôt français explique les taux d’imposition français, les impôts sur la fortune, les plus-values et l’impôt foncier, les remboursements d’impôt que vous pouvez réclamer.

Une fois résident en France, vous devez payer des impôts en France sur vos revenus dans le monde entier. Le système de sécurité sociale français est l’un des plus généreux au monde, mais il est financé par des charges sociales élevées et des impôts français.

A lire en complément : 10 Problèmes de cuisine communs à résoudre dès que possible

Il existe trois principaux types d’impôts sur les personnes physiques en France : l’ impôt sur le revenu français, les cotisations de sécurité sociale ( charges sociales / cotisations sociales ) et la taxe sur les biens et services ( taxe sur la valeur ajoutée TVA). Vous devrez également payer la taxe d’habitation et la taxe foncière. Si vous vendez un terrain ou un bien immobilier ou si vous avez un actif supérieur à 1,3 million d’euros, vous pouvez envisager un impôt sur les plus-values, aussi.

Ce guide sur les impôts en France établit uniquement une base, et des conseils d’experts doivent être consultés en fonction de votre situation fiscale.

A découvrir également : La revue des gains par le recadrage des paiements par carte de crédit

Qui doit payer des impôts en France ?

Vous êtes assujetti à l’impôt en France si :

  • La France est votre lieu de résidence principal ou si vous avez votre domicile en France ; si votre conjoint et vos enfants vivent en France et que vous travaillez à l’étranger, vous pouvez toujours être considéré comme résident fiscal français.
  • Vous résidez en France pendant plus de 183 jours dans une année civile ; pas nécessairement de manière consécutive.
  • Votre occupation principale est en France.

Double imposition

La France a conclu avec un certain nombre de pays, des conventions fiscales qui permettent à certains résidents d’éviter la double imposition (c’est-à-dire de payer des impôts en France et dans leur pays d’origine).

Calcul de vos impôts en France

Les résidents officiels paient des impôts français sur les revenus mondiaux, y compris les revenus de l’emploi, les investissements, les dividendes, les intérêts bancaires, les pensions et les biens immobiliers.

En 2019, la France a mis en place un système d’impôt sur le revenu PAYE, ce qui signifie que l’impôt est désormais prélevé à la source sur le salaire de l’employé. Bien que ce système soit couramment utilisé ailleurs, le nouveau système français fonctionnera légèrement différemment en 2019.

Le montant de l’impôt payé déduit chaque mois en 2019 sera basé sur votre revenu de 2017 (que vous aurez déclaré en mai 2018). Ensuite, tout impôt (ou remboursement) dû doit être réglé avant la fin de l’année. Le revenu assujetti au système PAYE comprend également le revenu de retraite (comme les pensions ou les rentes), le revenu étranger correspondant et le revenu locatif.

Taux d’imposition français 2019

Les taux d’imposition en France en 2019 sont les suivants :

  • Jusqu’à 9 964 € : 0%
  • Entre 9 964 € et 27 519 € : 14%
  • Entre 27 519 € et 73 779 € : 30%
  • Entre 73 779 € et 156 244 € : 41%
  • A partir de 156 244 € : 45%

Taxes français pour non-résidents

Les non-résidents paient généralement l’impôt sur leurs revenus de source française à un taux d’imposition français minimum de 30 %. L’impôt foncier en France pour les non-résidents sur la plus-value imposable issue de la vente d’un bien immobilier français est de 19% pour les citoyens de l’UE et de 33,33% pour tous les autres.

Remplir votre déclaration d’impôts française

Si vous devez remplir une déclaration de revenus et en avez déjà soumis une, vous recevrez probablement automatiquement un formulaire dûment rempli que vous pourrez vérifier, modifier au besoin et renvoyer. Si vous n’en recevez pas ou si c’est votre première fois, vous pouvez en obtenir un auprès de votre centre des impôts ou de votre mairie , ou en ligne sur www.impots.gouv.fr .

Il est de votre responsabilité de vous assurer que vous remplissez et envoyez votre déclaration de revenus française, même si vous pensez que vous tomberez en dessous du seuil de revenu requis pour payer tout impôt français.

Vous devez renvoyer la déclaration fiscale avant le 18 mai de l’année précédente ou du 23 mai au 6 juin si vous remplissez votre déclaration de revenus française en ligne (les dates exactes varient en fonction du lieu). Si vous ne respectez pas le délai, vous encourez une amende de 10% de votre facture d’impôt.

Payer vos impôts français

Les personnes qui ne sont pas encore couvertes par le système PAYE peuvent payer leur facture fiscale française (les échéances) par versements échelonnés le 15 février, le 15 mai et le 15 septembre, ou par prélèvement automatique le 15 de chaque mois sur le site Internet www.impots.gouv.fr.

Remboursements et crédits d’impôts français

Vous pourrez peut-être réduire votre facture fiscale grâce aux remboursements, indemnités et avantages fiscaux français.

Les remboursements d’impôts français sont accordés pour une gamme de dépenses, notamment :

  • la prime pour l’emploi ou EPI, si vous travaillez à titre professionnel et que vous gagnez un certain niveau ;
  • les cotisations de sécurité sociale des employés ;
  • les frais professionnels / liés à l’emploi (jusqu’à 12 305 €) ;
  • si vous entretenez chez vous une personne âgée de plus de 75 ans ;
  • les pertes de loyers de biens non meublés (jusqu’à 10 700 €) ;
  • les pertes de l’activité commerciale ou professionnelle ;
  • la pension alimentaire pour enfants mineurs ne faisant pas partie de votre foyer fiscal ;
  • la conservation de l’énergie fonctionne chez vous ;
  • si vous investissez de l’argent ou contribuez à une politique d’investissement d’assurance vie ;
  • Si vous avez un faible revenu, vous pourrez peut-être obtenir un allègement de l’impôt foncier français.

Vous pouvez vous rendre à la Caisse d’Allocations Familiales locale (connue sous le nom de «La Caf») pour savoir quels remboursements d’impôts français sont disponibles et comment en faire la demande.

Si vous vous installez définitivement en France et bénéficiez d’une pension, d’une rente ou d’un intérêt du secteur privé, contactez les autorités fiscales de votre pays d’origine pour savoir si vous pouvez obtenir un allègement fiscal à la source à cette fin.

Impôts français obligatoires pour les résidents

Taxe foncière française des occupants et taxe d’habitation

Tous les ménages en France, qu’il s’agisse de votre résidence principale ou secondaire, que vous soyez propriétaire ou locataire, doivent payer une taxe d’habitation ou une « taxe d occupant». Quiconque est l’occupant d’un bien français au 1er janvier est redevable, bien que cette taxe soit supprimée progressivement jusqu’en 2020.

La deuxième phase de réduction de 65% (30% en 2018) concerne les célibataires ayant un revenu inférieur à 27 000 € et les couples ayant un revenu inférieur à 43 000 € ; un montant majoré de 6 000 € pour chaque personne à charge.

Taxe de licence de télévision

La redevance audiovisuelle (actuellement de 139 €) est une taxe sur tous les téléviseurs de votre maison, même si vous ne l’utilisez que pour regarder des DVD, et figure sur le même relevé d’impôt français. Si vous n’en avez pas, vous devez l’indiquer sur votre déclaration de revenus annuelle en France.

Impôt sur les plus-values en France

En France, l’ impôt sur les plus-values est dû lors de la vente d’immeubles, de terrains et d’actions.

À partir de 2018, un impôt unique forfaitaire de 30% est appliqué sur les revenus et les gains de l’épargne et des investissements, comprenant un impôt sur le revenu de 12,8% et des charges sociales de 17,2%. Cette taxe ne s’applique pas aux plus-values ​​de cession d’immeubles, qui s’élèvent plutôt à 36,2%.

Impôt français sur la fortune

En 2018, un système d’impôt sur la fortune à plusieurs niveaux a été mis en place, avec les redevances suivantes :

  • 800 000 € à 1,3 million € : 0,50%
  • 1,3 à 2,57 millions d’euros : 0,70%
  • 2,57 à 5 millions d’euros : 1%
  • 5 à 10 millions d’euros : 1,25%
  • à partir de 10 millions d’euros : 1,5%

Pour rappel, les non-résidents ne sont imposés que sur les actifs français, tandis que les résidents sont taxés sur tous les actifs dans le monde.

Taxes foncières françaises pour les propriétaires et locataires

Si vous achetez ou possédez déjà un bien immobilier en France , vous devrez payer la taxe foncière ou l’impôt foncier français, même si vous le louez.

Si vous louez quelque part en France, vous devrez également payer la taxe d’habitation qui est facturée annuellement à l’occupant d’une propriété qui y résidait le 1er janvier de cette année. Si la propriété est votre résidence principale, un allègement fiscal de 10 à 15% par enfant est accordé (comme mentionné ci-dessus). Les maisons de vacances situées dans des régions en pénurie de logements peuvent être soumises à une taxe d’habitation pouvant aller jusqu’à 20%.

Le montant de cet impôt foncier français dépend de la taille et de l’état du bien, ainsi que des taux fixés par les communes locales. Les maisons de grande valeur font également l’objet d’une prélèvements supplémentaires pour une base élevée et d’une maison secondaire de 0,2% pour les résidences principales, si la valeur imposable est supérieure à 4 573 €; 1,2% pour les résidences secondaires si la valeur imposable va de 4 573 € à 7 622 €; et 1,7% pour les valeurs supérieures à 7 622 €.

La facture de la taxe foncière arrive au dernier trimestre de l’année et son montant est basé sur la valeur locative annuelle estimée du bien multipliée par un pourcentage fixé par la commune (renseignez-vous auprès de votre mairie). Vous pouvez payer la taxe par acomptes ou à l’avance par prélèvement automatique mensuel.

Le taux de la taxe foncière pour une résidence principale est d’environ 1% et de 3% pour les résidences secondaires. Semblable à la taxe d’habitation, il comprend également les prélèvements supplémentaires pour la base élevée et sur la maison secondaire, mais aucun allègement fiscal n’est proposé aux enfants. Vous aurez également besoin de souscrire une assurance .

Droit de succession en France

Les droits de succession en France sont notoirement compliqués. Pour les résidents français décédés, tous les actifs mondiaux sont soumis à l’impôt sur les successions français, tandis que tous les domaines basés en France sont soumis à l’impôt, même si le bénéficiaire n’est pas résident français.

Pour les non-résidents, de nombreuses conventions fiscales bilatérales avec la France prévoient des exemptions pour le paiement de l’impôt français sur les actifs mondiaux.

En règle générale, après les déductions et les exemptions applicables, et après avoir rajouté les cadeaux reçus du défunt au cours des 15 années précédentes, les taux de succession sont les suivants:

  • Jusqu’à 8 072 € : 5%
  • 8 072 € à 12 109 € : 10%
  • 12 109 € à 15 932 € : 15%
  • 15 932 € à 552 324 € : 20%
  • 552 324 € à 902 838 € : 30%
  • 902.838 € à 1.805.667 € : 40%
  • 1 805 667 € + : 45%

Les frères et sœurs de la personne décédée sont imposés à 35%, pour un montant inférieur à 24 430 € et à 45% pour un montant supérieur, après un remboursement de l’impôt français de 15 932 €. D’autres seront taxés à 55 ou 60% selon leur relation. Vous trouverez plus d’informations dans notre guide sur les droits de succession en français.

TVA en France

La taxe sur la valeur ajoutée ou TVA, est une taxe sur certains biens et services, qui est incluse dans le prix de vente :

  • le taux de TVA standard en France est de 20% ;
  • la TVA française est réduite sur certains produits pharmaceutiques, les transports en commun, les hôtels et restaurants et les billets pour des événements sportifs / culturels (10%); nourriture et livres (5,5%); et les journaux (2,1%).

Impôt sur les sociétés en France

Lorsque vous exploitez votre propre entreprise en France, vous pouvez être soumis au régime de l’impôt sur le revenu des personnes physiques (IR) ou à l’impôt des sociétés français (Impôts sur les sociétés, IS). Si vous opérez en tant que travailleur indépendant ou travailleur indépendant dans le nouveau régime de micro-entreprises, vous devrez payer des charges fiscales et sociales basées sur le chiffre d’affaires (revenus de votre entreprise) dans le système de micro-fisc simplifié.

Il s’agit d’un guide de base des impôts en France et il est recommandé de toujours consulter un expert en fonction de votre situation fiscale.

Les taxes de sécurité sociale en France

Les cotisations de sécurité sociale (charges sociales ou cotisations sociales) sont collectées par l’État pour financer le système de protection sociale en France : couverture française des soins de santé et maladie, prestations familiales, pension, allocations de chômage et couverture des accidents du travail.

Les charges sont réparties entre l’employeur et l’employé ; les employeurs payant environ 40 à 45% et la plupart des employés payant environ 20 à 25% du salaire brut. L’employeur déduit l’argent du salaire tous les mois. Les travailleurs indépendants versent environ 40% de leurs revenus en charges sociales une fois que leur entreprise est opérationnelle.

Autorité fiscale française

Service-Public est le site Web de la fonction publique française. Il contient des informations détaillées sur tous les aspects de la fiscalité des particuliers et des entreprises et des charges sociales.

www.impots.gouv.fr est le site web du ministère de l’Economie et des Finances, l’organisme qui perçoit l’impôt sur le revenu.