La technologie numérique est la  base des soins de santé du futur proche adaptée au grand nombre

 

L’interconnexion est le fondement de l’excellence dans les soins de santé intelligents en Asie Pacifique.

A lire également : 15 idées de vacances en famille

Comme je l’ai évoqué dans mon précédent blog, la transformation numérique est en cours dans le secteur de la santé. L’industrie des soins de santé intelligents d’aujourd’hui se compose de plusieurs intervenants différents, gouvernements, payeurs (souvent des assureurs), fournisseurs (par exemple sociétés pharmaceutiques, de technologie médicale et de santé numérique) et consommateurs.

Les technologies numériques constitueront la pierre angulaire de la réponse à cette question, mais pour réussir, elles devront aborder des questions telles que la mise à jour de l’infrastructure existante, la garantie de la sécurité des données et l’amélioration du ROI (retour sur investissements) sur les investissements dans les technologies de santé. En conséquence, les systèmes de soins de santé numériques du futur proche exigent des niveaux de décentralisation, de consommation et de personnalisation qui ne peuvent être atteints que par la technologie et l’interconnexion.

A voir aussi : Brexit, que se passe-t-il maintenant ?

Défis de soins de santé, un aperçu factuel

Une étude approfondie d’une société internationale de conseil aux entreprises a examiné certains des moteurs de la transformation numérique dans le secteur de la santé de l’Asie Pacifique. L’étude s’est penchée sur les marchés individuels de la santé de cette région et a révélé des points clés sur l’état des soins dans chaque région :

  • L’Australie est confrontée à une dépendance excessive vis-à-vis des soins hospitaliers qui représentent près de 50% des dépenses industrielles totales. Parallèlement, les taux de réadmission dans les hôpitaux australiens ont augmenté 2 fois plus vite que la croissance démographique entre 2013 et 2014. Avec beaucoup de temps et d’énergie perdus à échanger du papier et des messages entre les départements, une meilleure utilisation des ressources est nécessaire, en particulier lorsque les infirmières passent de 30 à 45 minutes uniquement à la recherche de matériel médical et de consommables.
  • En Hong Kong, le temps d’attente moyen dans les salles d’urgence des hôpitaux publics pour les patients non urgents est de 130 minutes. Ils desservent 90% du volume de patients hospitalisés, mais n’emploient que 40% des médecins employés à plein temps dans la région, ce qui impose des contraintes à la main-d’œuvre qui doit composer avec le volume entrant. Toutefois, les dépenses publiques de santé reçoivent 70 milliards d’euros en 2018-2019, soit une augmentation de 13,3% par rapport à l’année précédente. Le gouvernement s’est engagé à améliorer l’efficacité du secteur public en investissant dans le développement de l’infrastructure et l’adoption des technologies, et en augmentant le personnel médical qui connaît bien la technologie. Bien que le gouvernement fasse pression pour que les échanges régionaux d’information sur la santé et les plateformes connexes permettent de gérer les connaissances des utilisateurs finaux de soins à domicile, l’adoption demeure lente.
  • Au Japon, l”état de santé est un état où la dépendance à l’égard des soins aux malades hospitalisés est extrêmement élevée. Environ 2,6 millions de patients, soit 2% de la population, reçoivent des soins hospitaliers chaque jour.
  • La durée moyenne d’un séjour hospitalier au Japon est de 16,5 jours, et le surpeuplement est un problème qui affecte les hôpitaux publics de Singapour, qui fonctionnent à plus de 80% de leur capacité. Les patients doivent faire face à de longs délais d’attente, tant en milieu hospitalier qu’en clinique externe. Singapour est également confrontée au dilemme auquel sont confrontés de nombreux pays occidentaux, à savoir comment gérer efficacement l’augmentation des taux de maladies chroniques. Singapour lutte contre des maladies chroniques comme les maladies cardiovasculaires, le diabète et l’obésité, et le diabète à lui seul devrait coûter 2,5 milliards d’euros au système de santé d’ici 2050.

S’attaquer aux problèmes de santé avec la transformation numérique

Les soins de santé intelligents ont la capacité de réduire le poids des soins palliatifs en mettant l’accent sur les modèles de soins préventifs, à domicile et communautaires. Pour ce faire, il faut investir dans l’infrastructure de l’Intelligence artificielle qui permet de partager les données à l’extérieur des hôpitaux. “Améliorer l’efficacité du secteur public en investissant dans le développement de l’infrastructure et l’adoption des technologies” était un commentaire que l’étude a trouvé applicable à plusieurs des marchés étudiés.

Les plateformes numériques, en particulier les solutions en cloud, permettent l’optimisation des ressources, la gestion des patients, l’ordonnancement des patients et l’accès aux soins de santé à domicile ou dans les cliniques communautaires. Comme le souligne le rapport, il s’agit là de domaines d’investissement clés pour les gouvernements de divers pays ; même avec des instantanés des soins de santé actuellement dans des États disparates et à différents stades d’investissement ou de développement interne par pays, cette solution ciblée et abordable pour la prestation de soins est considérée comme potentiellement très efficace.

Réaliser la vision de cybersanté 

Les besoins en temps réel, en communications sécurisées et en échange de données avec les patients, les partenaires, les écosystèmes de santé et les fournisseurs de réseaux ou de cloud computing obligent les entreprises de santé à investir dans de nouvelles chaînes de valeur numériques interconnectées, dans le R&D, le diagnostic et les modèles de prestation de soins. Par conséquent, les fournisseurs doivent avoir accès à des systèmes interconnectés qui peuvent fournir des analyses, des plateformes intégrées horizontalement et une capture et un échange de données transparents, le tout renforcé par une sécurité, une confidentialité et une conformité strictes des données.

La conception traditionnelle des systèmes informatiques ne permet pas à ce type d’agilité et d’inter-connectivité de s’adapter aux clouds, aux technologies de la santé et aux autres plateformes technologiques qui favorisent l’innovation et l’évolution vers de nouveaux modèles économiques. Et, contrairement à d’autres industries, les enjeux sont beaucoup plus élevés lorsqu’il s’agit de la santé des gens. Grâce à l’approche IOA® (Interconnection Oriented Architecture®), les entreprises du secteur de la santé peuvent plus facilement répondre aux besoins des patients d’aujourd’hui. En attendant, avec un nombre sans cesse croissant de personnes qui continuent d’utiliser les services de santé dans la région, les acteurs du secteur seront contraints d’évoluer et d’investir dans des stratégies informatiques tournées vers l’avenir qui peuvent offrir une expérience utilisateur finale transparente.